Connaissance scientifique de l'autisme - 20 octobre 2017

Publié le par ANAE

         Connaissance scientifique de l’autisme

                          Vendredi 20 octobre 2017

                           Amphithéâtre Louis Weil – Campus Saint Martin d’Hères

 

 

La connaissance des troubles du spectre autistique progresse dans de nombreuses directions, comme en témoigne le nombre croissant de travaux de recherche publiés dans le monde entier (1 464 en 2006, 4 521 en 2016). Cette effervescence de travaux dans des champs disciplinaires très variés est parfois difficile à suivre. Pourtant, la vie quotidienne des personnes avec autisme et celle de leurs accompagnants, familles et thérapeutes, ne progresse pas dans cette proportion.

 

Le chemin entre les découvertes et leurs applications bénéfiques sera probablement long, de bonnes solutions ne viendront peut-être pas assez tôt pour nos enfants, mais c’est notre choix de vouloir garder un œil sur la connaissance fondamentale, non pour attendre des recettes miracle, mais pour contribuer aux progrès espérés.

 

La journée du 20 octobre donne un aperçu de ces avancées scientifiques, sans prétendre être exhaustive.

Il faut poursuivre l’information, la réflexion, l’évaluation des pistes parcourues, et continuer à agir raisonnablement aujourd’hui sans attendre tous les verdicts des recherches en cours.

 

Nous invitons les professionnels et les personnes directement concernées, tous appelés  à devenir de meilleurs experts des troubles du spectre autistique, à participer à la journée consacrée à l’actualisation des connaissances scientifiques sur l’autisme.

 

Affiche et programme en pièces jointes.

 

Renseignements et inscription obligatoire sur le site :

www.envolisereautisme.org

 

Introduction

Ghislaine LUBART,

présidente Envol Isère Autisme

 

Diagnostic

DSM5 : une approche diagnostique nouvelle ?

Sandrine SONIE,

pédopsychiatre, coordinatrice CRA Rhône-Alpes

L’objectif de cette communication est, dans un premier temps,de décrire les modifications récentes de la critérisation et de la classification des troubles du spectre autistique. Dans un deuxième temps elle s’appliquera à décrire les enjeux du diagnostic dans la petite enfance.

 

Physiopathologie de l’autisme

Modérateur : Michel VILLAZ ,

neurobiologiste, Grenoble

 

Génétique et autisme : état des connaissances et perspectives

Bertrand JORDAN,

biologiste moléculaire, Marseille

L'existence d'une composante génétique notable dans l'autisme n'est plus mise en doute aujourd'hui. Il a cependant fallu attendre les années 2000 pour que des données convaincantes soient obtenues, en raison de la grande complexité du « paysage génétique» de cette affection qui fait intervenir de nombreux gènes, des altérations chromosomiques, et des mutations de novo. on

commence néanmoins à identifier des groupes de fonctions portées par ces gènes de susceptibilité qui vont faire avancer la compréhension de l'étiologie de cette affection et devraient à terme avoir des retombées thérapeutiques.

 

Perturbation endocrinienne intra-utérine et risque d’autisme

Barbara DEMENEIX,

biologiste, Muséum nationale d’Histoire Naturelle, Paris

Il est établi que chaque enfant qui naît en France est contaminé par des douzaines, voire des centaines, de molécules chimiques de synthèse présentes dans son sang. nous savons aussi que

cette contamination ne commence pas à la naissance mais que la fécondation et le développement du futur enfant se font dans ce mélange de polluants. Plusieurs de ces polluants sont reconnus pour leur capacité d’interférer avec nos systèmes hormonaux, c’est-à-dire qu’ils sont des perturbateurs endocriniens. La présentation mettra l’accent sur les polluants qui interfèrent avec l'action des hormones thyroïdiennes, hormones essentielles pour le développement optimal du cerveau.

 

Apports de l’étude des fonctions cérébrales pour la compréhension de l’autisme

Olivier DAVID,

Institut des Neurosciences, Grenoble

Les développements en imagerie fonctionnelle et en neurophysiologie permettent d’ébaucher les mécanismes biologiques sous-tendant le comportement humain. La présentation se concentrera sur une actualisation dans ces domaines concernant l’autisme et la connectivité cérébrale. notre objectif sera aussi de discuter de quelques pistes ouvertes par les neurotechnologies pour l’accompagnement des personnes avec troubles du spectre autistique.

 

Comprendre la maturation cérébrale pour traiter l’autisme

Yehezkel BEN-ARI,

NeuroChlore & INMED, Marseille

L'autisme naît in utero ou pendant la naissance et donc pour comprendre sa pathogenèse, il faut déterminer comment les événements qui en sont la cause modifient la construction du cerveau. C’est partant de cette hypothèse que nous sommes en train de développer un traitement pharmaceutique.

 

Aspects Thérapeutiques

Modérateur : Anne MONGE,

médecin coordinateur du réseau ANAIS, Grenoble

 

Identification et prise en charge du trouble déficit de l’attention/ Hyperactivité chez l’enfant et l’adolescent autiste

Christelle PROST LEHMANN,

pédopsychiatre, CHU Grenoble Alpes

L’enfant ayant un trouble du spectre autistique (TSA) peut fréquemment avoir un trouble attentionnel (avec ou sans hyperactivité) associé. De plus, les enfants ayant cette co-occurrence diagnostique semblent avoir une moins bonne qualité de vie. Cette association doit donc être recherchée et les troubles évalués spécifiquement. la structuration de l’environnement reste

le pilier du traitement et peut être accompagnée d’approches psychoéducatives et psychothérapeutiques. L’apport d’un traitement psychostimulant doit être discuté en prenant en compte la plus grande sensibilité aux effets secondaires des enfants ayant un TSA.

 

Antipsychotiques au long cours chez la personne autiste

Geneviève MACE,

endocrinologue, centre expert autisme CHU de Limoges

 

Recommandations médicamenteuses concernant les enfants et adolescents avec troubles du spectre autistique

Josiane STARACE,

pharmacien honoraire, EPSM de Caen

Cette intervention portera, essentiellement, sur les recommandations de la haute Autorité de santé (HAS) concernant les enfants et adolescents avec autisme. elle essayera de répondre aux questions suivantes : quelle est la place des médicaments dans la prise en charge globale de ces enfants et adolescents ? quelle est l’efficacité et la sécurité (effets secondaires, interactions médicamenteuses) des médicaments visant à réduire les troubles du comportement et du sommeil chez ces enfants et adolescents ? quels sont les traitements médicamenteux jugés inappropriés par la HAS ?

 

Intérêts des prises en charges comportementales précoces

Marie-Maude GEOFFRAY,

pédopsychiatre, Centre d’évaluation et de diagnostic de l’autisme, Lyon

Les prises en charge comportementales précoces comprennent un grand nombre de techniques, modèles d’intervention, une grande diversité des intervenants avec des professionnels de différentes professions ou parents eux-mêmes et des fréquences et intensités variables. Quels types de prise en charge privilégier pour quel enfant ? Quel est l’état des connaissances

scientifiques sur l’efficacité de ces prises en charge comportementales précoces actuelles ?

 

Synthèse et conclusion

Édouard GENTAZ,

psychologue du développement, Université de Genève et Université Grenoble Alpes

Publié dans Agenda, autisme