Offre en psychophysique - Equipe Perception et Design Sonores, IRCAM, Paris

Publié le par ANAE

Offre en psychophysique - Equipe Perception et Design Sonores, IRCAM, Paris

 

Sujet : Différences individuelles et effet de l’expertise musicale dans le traitement local/global en audition : identification des mécanismes sous-jacents ?

 

Contexte

Il existe une littérature abondante en vision – en psychophysique et en neuroscience – de travaux s’intéressent aux mécanismes de traitement de l’information d’une scène spatiale à un niveau global (la forme globale – la forêt) et à un niveau local (Le détail – les arbres), et à leurs interactions. Ces études montrent que l’information globale est traitée de manière plus rapide et plus efficace que l’information locale, et que dans des situations incongruentes (ex. une lettre A formée par de petites lettres B), l’information disponible à un niveau global conditionne le traitement de l’information locale ; on parle de prévalence de l’information globale. Les études en neurosciences montrent que les deux niveaux de traitement de l’information - local et global – font appels à des processus distincts ayant des localisations hémisphériques différentes.

Cette question, récemment transposée en audition en s’intéressant cette fois aux traitements des informations locale et globale à un niveau temporel (et non spatial comme en vision) sur des mélodies composées de plusieurs motifs de trois notes, suggère des  effets analogues à ceux décrits en vision. Tout d’abord, une déviation globale d’une mélodie (modification du contour par transposition en  hauteur d’un des motifs) est mieux détectée qu’une déviation à un niveau local  (modification de l’intervalle entre deux notes au sein même d’un motif). D’autre part, une déviation au niveau global affecte les performances des auditeurs pour traiter l’information locale. L’inverse est aussi observé mais dans une moindre mesure. Cependant, nous avons constaté une variabilité importante dans les résultats décrits ci-dessus entre les participants :

  1.     à l’échelle du groupe, un effet d’expertise musicale fort : les résultats ci-dessus (prévalence globale) ne s’obtiennent que chez des non-musiciens, le pattern inverse (prévalence locale) est même observé chez des musiciens ;
  2.     à l’échelle individuelle au sein de chaque groupe (musiciens / non-musiciens), il existe une variabilité importante dans la supériorité globale/locale et leurs interactions, qui font que cette distinction en 2 groupes n’est pas suffisante pour comprendre la cause de ces effets au niveau du groupe ; ils seraient causés par des mécanismes sous-jacents qu’il faut réussir à identifier.

 

Question de recherche :

Derrière ces effets de groupes et ces variations interindividuelles, se cachent vraisemblablement plusieurs mécanismes qui sont influencés par l’expertise musicale, mais pas uniquement : les sujets musiciens ont tous à peu près le même le niveau d’éducation musicale, et pourtant certains ont des résultats proches des non-musiciens, et à l’inverse, certains musiciens ont des résultats proches des musiciens. Il s’agirait donc de mécanismes sous-jacents renforcés par l’apprentissage musical, mais qui sont sans doute déjà présents, dans une moindre mesure, chez des sujets non-musiciens, voire renforcés chez certains par d’autres apprentissages car ils obtiennent les mêmes résultats que les musiciens. Quels sont donc ces mécanismes ?

 

Sujet du stage : Psychophysique (+ modélisation éventuellement)

 

L’objectif est de comprendre les mécanismes sollicités dans la tâche locale/globale qui permettent d’expliquer les différences et le recouvrement des résultats entre les 2 groupes. S’agit-il de mécanismes auditifs basiques (sensibilité  à la hauteur, mémoire de la hauteur), cognitifs (mémoire de travail) ou de stratégies purement décisionnelles (combinaison des informations disponibles) ?

 

-    Il s’agira de conduire des expériences psychophysiques permettant de sonder ces différents mécanismes pour chercher à voir le(s)quel(s) expliquent les différences de résultats à cette tâche (analyses de corrélation), et également récolter des données de contrôle sur les sujets testés (QI, niveau éducation musicale, niveau scolaire…) pour vérifier qu’elles n’expliquent pas ces différences

-    Eventuellement, tester les même sujets dans des tâches similaires en vision pour voir si les mécanismes sollicités sont spécifiquement auditifs ou partager entre les différentes modalités sensorielles

-    Aborder en parallèle, si possible, une approche de modélisation computationnelle pour chercher à expliquer les mécanismes mis en jeu et mieux distinguer les contributions sensorielles et décisionnelles de ces différences (voir tâches de Garner par exemple)

 

Perspectives de ce travail :

Fondamentale : comprendre des mécanismes perceptifs en audition et les différences de capacité entre individus Appliquées : Une fois ces mécanismes identifiés, trouver une façon de modifier les mécanismes de traitement de l’information local/global mis en jeu avec de l’apprentissage ? Perspectives en terme d’entrainement auditif ?

 

Références :

  Bouvet, L., Rousset, S., Valdois, S., & Donnadieu, S. (2011). Global precedence effect in audition and vision: Evidence for similar cognitive styles across modalities. Acta psychologica, 138(2), 329-335.

  Justus, T., & List, A. (2005). Auditory attention to frequency and time: an analogy to visual local–global stimuli. Cognition, 98(1), 31-51.

  Navon, D. (1977). Forest before trees: The precedence of global features in visual perception. Cognitive psychology, 9(3), 353-383. 

  Peretz, I. (1990). Processing of local and global musical information by unilateral brain-damaged patients. Brain, 113(4), 1185-1205.

  Susini, P., Jibodh-Jiaouan, S., Brunet, E., Houix, O., and Ponsot, E. Global and local temporal processing in audition, and the influence of musical expertise. CFA, 2018, havre.

 

Gratification de stage:  gratification horaire minimale calculée suivant la durée du stage.

Possibilité de tickets restaurants et prise en charge partielle  du transport.

Lieu: Laboratoire IRCAM, 1 place Igor Stravinsky, 75004 Paris - Equipe Perception et Design Sonores

 

Nom des proposants : Patrick Susini / Olivier Houix / Emmanuel Ponsot patrick.susini@ircam.fr  olivier.houix@ircam.fr emmanuel.ponsot@ens.fr  

 

--

Olivier HOUIX - Charge de Recherche

Equipe Perception et Design Sonores - Sound Perception and Design Team IRCAM - 1, place Igor Stravinsky - 75004 Paris - FRANCE tel  : (33 1) 44.78.48.46 

http://pds.ircam.fr