Proposition de sujet de thèse Laboratoire SCALab Université de Lille - Langage oral - Malléabilité des acquisitions langagières

Publié le par ANAE

Proposition de sujet de thèse Laboratoire SCALab Université de Lille

L’Équipe LANGAGE du Laboratoire SCALab (Sciences Affectives et Sciences Cognitives) propose un sujet de thèse de doctorat.

 

Le(a) candidat(e) retenu(e) bénéficiera d’un financement lors de ses trois années de thèse. Le thème du doctorat est résumé ci-dessous.

La direction de cette thèse sera assurée par Bruno Facon, Professeur des Universités.

 Résumé du sujet de thèse

« Tester expérimentalement l’effet d’une méthode d’éducation langagière appelée « Lecture Dialogue »

et au-delà de son intérêt pratique, ce travail de thèse visera à étudier la malléabilité des acquisitions langagières chez l’enfant déficient intellectuel.

 

L'études empiriques conduites à ce propos sont en nombre insuffisant et manquent de relais dans les établissements spécialisés. En effet, des données récentes font état d’un taux d’encadrement en orthophonie d’à peine 0,7 équivalent temps plein (ETP) pour 100 jeunes déficients intellectuels accueillis au sein des instituts médico-éducatifs (IME).

Dans ce projet de doctorat, il sera fait en sorte de tester expérimentalement l’effet d’une méthode d’éducation langagière appelée « Lecture Dialogue ».

Cette approche donne des résultats satisfaisants, voire très satisfaisants, chez l’enfant typique. En revanche, les études manquent en ce qui concerne les enfants déficients intellectuels. Cette approche présente pourtant l’intérêt de pouvoir être mise en œuvre à la fois par les orthophonistes, les parents et les personnels éducatifs des IME (instituteurs, éducateurs, accompagnants éducatifs et sociaux, etc.).

S’il s’avérait qu’elle donne des résultats satisfaisants pour les enfants déficients intellectuels, les orthophonistes disposeraient d’un outil de plus dans leur palette d’interventions langagières, un outil qu’elles pourraient diffuser, grâce à des formations, aux personnels des établissements et aux parents. Il s’agirait d’un moyen de démultiplier les temps d’éducation du langage qui sont largement insuffisants au regard de l’ampleur des besoins (INSERM, 2016).

Au-delà de son intérêt pratique, ce travail de thèse visera à étudier la malléabilité des acquisitions langagières chez l’enfant déficient intellectuel, laquelle est parfois encore mise en doute dans les milieux scientifiques et les milieux professionnels (American Speech-Language-Hearing Association, 2005). Plus précisément, il s’agira des tester si les acquisitions syntaxiques s’avèrent aussi malléables que les acquisitions lexicales chez les enfants déficients intellectuels, et si une interaction existe entre l’intervention éducative et le degré de déficience intellectuelle sur l’ampleur des progrès réalisés.

Le(a) candidat(e) devra justifier de connaissances solides en matière de développement du langage oral de l’enfant et de ses pathologies. Il devra également avoir une expérience clinique significative dans le domaine de l’évaluation du langage oral, de son éducation et de sa rééducation.

Pour plus d’informations à propos du thème proposé et du financement octroyé au doctorant :

 

Bruno FACON

EQUIPE LANGAGE

UMR 9193 – SCALab, Sciences Cognitives et Sciences Affectives Université de Lille, F-59000 Lille, France bruno.facon@univ-lille.fr

http://www.scalab.cnrs.fr/index.php/fr/10-perso/64-bruno-facon