Prises en charge des dyslexies et dysorthographies en 2019 - 29-30 novembre 2019

Publié le par ANAE

Prises en charge des dyslexies et dysorthographies en 2019

Hypothèses actuelles et perspectives thérapeutiques

29 – 30 novembre 2019

« La dyslexie, c’est un trouble de la lecture qui résiste à la rééducation ». Cette assertion, qui conclut   un   des   articles   fondateurs*   de   l’impact   des   entraînements   à   la   conscience phonologique chez des enfants à  risque  d’apprentissage  de  la  lecture,  semble  être  le  plus souvent vécue comme une fatalité pour les rééducateurs. Ce sentiment est renforcé par le fait que dans les classifications internationales (CM10, DSM5) le critère de persistance d’un handicap fonctionnel dans lapprentissage est l’un des critères  diagnostiques,  avec  la résistance aux remédiations et l’écart significatif des performances à des tests normés. Or de nombreux chercheurs et rééducateurs postulent que la dyslexie pourrait à terme ne plus présenter ce caractère résistant et par le fait que, malgré la gêne fonctionnelle, certains de nos patients suivent avec succès des études supérieures.

De fait, en plus de vingt ans, les données de la littérature ont montré que les interventions devaient être plus ciblées, spécifiques et intenses d’après un cadre méthodologique fondé sur  une  pratique  probante  issue  des  travaux  scientifiques  et  cliniques.  Les  interventions remédiatives, au-­delà de la seule dimension phonologique, ou plutôt graphophonologique, permettent   désormais   d’agir   sur   dautres  composantes   comme   la   dimension   visuo-­ attentionnelle, morphologique ou mnésique.

Lors des deux jours de ce congrès, nous traiterons de ces interventions remédiatives et de leurs perspectives en panachant des exposés théoriques et des illustrations de cas cliniques, en prenant le temps d’échanger, de partager nos réflexions et nos expériences afin de nous autoriser à penser que la dyslexie n’est plus une pathologie incurable.

* Vellutino, F., Scanlon, D.M., Sipay, E.R., Small, S.G., Pratt, A., Chen, R. & Denckla, M. (1996). Cognitive profiles of   difficult   to   remediate   and   readily   remediated   poor   readers   :   Early   intervention   as   a   vehicle   for distinguishing between cognitive and experiential deficits as basic causes of specific reading disability. Journal of Education and Psychology, 88, 601638.

Effectif accueilli : environ 300 personnes

Intervenant Franck Ramus, Eddy Cavalli, Gilles Leloup, Aurélie Iché, Brigitte Stanké,

Séverine Casalis, Karine Eskinazi, Anne Daurat, Nathalie Soudier, Franck Médina

 

Vendredi 29 novembre 2019

9h00_9h45 : Qu’estce qui marche, qu’estce qui ne marche pas, et comment le savoir ?

Franck Ramus, Directeur de recherche CNRS, Professeur attaché à l’ENS.

9h45_10h30 : Neurobiologie de la dyslexie et systèmes de compensation.

Eddy Cavalli, Maître de Conférences en Psychologie et Sciences Cognitives, Université Lyon 2, Laboratoire Etude des Mécanismes Cognitifs.

10h30_11h00 : pause

11h00_12h00 : Croiser les méthodes d’interventions cliniques et les apports de l’imagerie fonctionnelle dans le traitement de la dyslexie développementale.

Gilles Leloup, Orthophoniste, Dr en Sciences du langage, Centre référent des troubles des apprentissages, CHU Lenval / CoBTek, Nice.

12h00_12h30 : échanges stagiairesintervenants sur le cadre méthodologique des prises en charges des DL-­DO.

12h30_14h00 : pause méridienne

14h00_15h15 : Un exemple de prise en charge selon le protocole EBP.

Aurélie Iché, Orthophoniste à Toulouse et formatrice.

15h15_15h30 : échanges stagiairesintervenants autour du cas clinique présenté.

15h30_16h00 : pause

16h00_17H30 : Dimension mnésique de la dyslexie-­dysorthographie. Aspects théoriques et vignette clinique

Brigitte Stanké, Orthophoniste, Ph. D., M.O.A, Chercheure au Centre de Recherche Interdisciplinaire en réadaptation – IRD et à la Chaire de recherche Normand-­Maurice  -­ Professeure à l’école d’orthophonie et d'audiologie à l’Université de Montréal.

17h30_18h00 : échanges intervenants-­stagiaires et synthèse de la journée.

 

Samedi 30 novembre 2019

9h00_9h45 : Entrainer à la morphologie dérivationnelle : pour qui, pour quoi?

Séverine Casalis, Professeure de psychologie, UMR Scalab 9193, Université de Lille & CNRS

9h45_10h30 : Dyslexies développementales et méthodes de remédiation : approches phonologique, visuo-­attentionnelle et intermodalitaire.

Karine Harrar Eskinazi, Orthophoniste, doctorante en psychologie, Laboratoire Lapcos, Centre référent des troubles des apprentissages, CHU Lenval, Nice.

10h30_11h00 : pause

11h00_12h15 : Augustin, 7ans, trouble spécifique du langage écrit, entraînement à la lecture et pratique probante.

Anne Daurat, Orthophoniste, Paris, chargée de TD au DUEFO de Toulouse.

12H15_12h30 : échanges stagiairesintervenants.

12h30_14h00 : pause méridienne

14h00_15h15 : Prise en charge orthophonique des troubles visuo-­attentionnels chez un patient de Ce2 suivi pour dyslexie-­dysorthographie.

Nathalie Soudier, Orthophoniste. Cannes.

15h15_15h30 : échanges stagiairesintervenants autour du cas clinique présenté.

15h30_16h00 : pause

16h00_17H00 : Implications cliniques d’une modélisation de la lecture à trois composantes

Franck Médina, Orthophoniste. Nîmes.

17h00_18h00 : échanges stagiairesintervenants et synthèse de la journée.

 

Tarifs

Prix individuel Activité libérale : 330€, salarié : 450€, DPC : 420€

Lieu  Espace Diderot Paris (Maison du Notariat) 

Inscriptions

Site