Journée d'étude - Les formes de médicalisation et de psychologisation de l'échec scolaire - 13 avril 2013

Publié le par ANAE

Journée d'étude

Les formes contemporaines de médicalisation et de psychologisation de l’échec scolaire


13 avril 2013 -  Saint-Étienne

Organisation :
Équipe Éducation, cultures, politiques (ECP)- université de Saint-Étienne, université Lyon 2


anae-psychologisation-medicalisation-echec-scolaire--2-.jpg"L’échec scolaire est aujourd’hui de plus en plus fréquemment interprété en termes de défaillances individuelles imputées à des causes médico-psychologiques. Dans cette logique, les difficultés scolaires des élèves sont attribuées à des « troubles » psychologiques (phobie scolaire, manque d’estime de soi, instabilité psychoaffective, etc.) ou neurologiques (« galaxie des "dys" », hyperactivité, précocité intellectuelle, etc.)".

 

"L’objectif de cette journée d’étude est d’appréhender la médicalisation et la psychologisation de l’échec scolaire sous un angle sociologique. Il s’agit autant de rappeler le poids des facteurs « sociaux » à l’origine des différences de réussite à l’école, que de contribuer à une meilleure compréhension des transformations sociales sous-tendant l’évolution des manières d’interpréter et de traiter l’échec scolaire (renouveau des interprétations scientifiques, délégation croissante des prises en charge d’élèves en échec aux professionnels du soin, nouvelles orientations des politiques d’éducation prioritaire en direction des élèves « à besoins éducatifs particuliers », interventions croissantes des familles dans les débats sur l’échec scolaire)".


Du côté des "professionnels"
Stanislas Morel
(Sociologue, Maître de conférences en sciences de
l’éducation à l’université de Saint-Étienne / ECP):

La place des professions médico-psychologiques au sein du champ d’intervention professionnelle de l’échec scolaire précoce.

 

● Hugo Dupont (Doctorant en sociologie à l’université de Bordeaux /

Centre Emile Durkheim) :

Lorsque la déviance scolaire est interprétée sur le plan de la santé mentale : le cas des jeunes accueillis en Instituts Thérapeutiques, Éducatifs et Pédagogique


Anne-Claudine Oller
(Docteur en sociologie, Post-doctorante à l’OSC /
IEP Paris, ATER à l’université de Saint-Étienne / LSS) :

Coaching scolaire et psychologisation des difficultés scolaires


Du côté des politiques publiques
Jean-Yves Rochex (
Professeur en sciences de l’éducation à l’université
de Paris 8 / ESCOL) :

Les trois “âges“ des politiques d’éducation prioritaire : l’individualisation des politiques et des idéologies éducatives.


Marianne Woollven
(Docteur en sociologie, ATER à l’université Paris V / ENS-Lyon-Centre Max Weber) :

Des élèves "à besoins éducatifs particuliers". Les politiques de prise en charge de la dyslexie en France et au Royaume-Uni.


Du côté des familles
● Wilfried Lignier
(Sociologue, Chargé de recherche CNRS / CESSP) : L'identification clinique des élèves, ressource dans les stratégies éducatives? Réflexions à partir du cas des enfants « surdoués ».


 Sandrine Garcia
(Maître de conférences en sociologie, à l’université Paris-Dauphine / IRISSO) :

L'investissement maternel dans le handicap. La dyslexie comme alternative à l'échec scolaire ?

● Synthèse/Conclusion de la journée :

Patrice Pinell (Sociologue, Directeur de recherche CNRS / CESSP)

 

Événement scientifique organisé par le département de sciences de l’éducation de l’université de Saint-Étienne et le laboratoire de recherche Éducation, cultures & politiques (universités de Saint-Étienne / Lyon 2).

 

Responsable de la journée d’étude : Stanislas Morel stanislas.morel@univ-stetienne.fr

 

 

ANAE – anae@wanadoo.fr www.anae-revue.com  -  www.anae-revue.org  -ANAE formations  -  Les Editions du Petit ANAE

Publié dans Agenda