L'autisme est complexe, hétérogène et multifactoriel.

Publié le par ANAE

M’Hammed SAJIDI : "l’autisme reste une énigme"

mercredi 24 mars 2010

 

Après avoir traversé bien des clichés et des pistes erronées, l’autisme reste une énigme dans le monde entier.

En France, l’autisme est encore et toujours considéré comme une maladie psychiatrique, classification allant à l’encontre des recommandations internationales en la matière. Les personnes atteintes se retrouvent souvent internées. La psychiatrie parle de « soin » là où familles et associations demandent l’éducation et évoquent le handicap. On passe d’un extrême à l’autre, on s’empresse de coller une étiquette alors que l’autisme est complexe, hétérogène et multifactoriel.

Beaucoup de disciplines aujourd’hui concernées par l’autisme se sont longtemps détournées du problème, le considérant comme un champ réservé de la psychiatrie. La reconnaissance de son hétérogénéité nous force à prendre en compte la nécessité de toutes les disciplines : neurologie, génétique, neurologie, neuropsychiatrie, neuropsychologie, etc. Le terme « autisme » est souvent remplacé par Troubles du Spectre Autistique (T.S.A.), spectre qui englobe plusieurs troubles méconnus. Car l’autisme est très fréquemment accompagné de maladies orphelines génétiques, qui restent non diagnostiquées.

La recherche a progressé mais reste entravée par l’absence de reconnaissance de ses découvertes et de son enseignement. Marginalisée et méconnue de la société, la recherche pour l’autisme n’accède pas aux fonds et à la générosité nécessaires à son développement. Son dynamisme se retrouve dilué par l’éclatement ainsi que par le manque de coordination de ses compétences et besoins. Comme toutes les maladies graves, l’autisme doit être combattu sur le plan international et par l’union des forces et compétences des chercheurs, des médecins et des malades.

C’est pourquoi nous avons aujourd’hui un nouvel objectif : Vaincre l’Autisme.

Pour vaincre la maladie, nous devons rassembler les différentes forces en une entité institutionnelle, l’Institut National des Troubles Envahissants du Développement (INTED). Pour mettre en place cet outil, nous devons offrir à l’autisme l’attention et la générosité des français. Ces dernières années, nous avons montré qu’il est possible, et plus facile qu’on ne le croit, de faire progresser les enfants atteints d’autisme et de réduire l’impact de leurs symptômes sur leur santé au quotidien. L’association vise à développer une véritable philanthropie et dynamiser la Recherche pour l’Autisme.

Nous avons mené un véritable combat de défense pour faire évoluer les mentalités et la situation. Tous les acteurs concernés ancrés dans un système ancien qui n’a pas aidé les personnes atteintes ont le devoir de reconnaître les avancées scientifiques. Les malades ont des droits qui ne doivent pas être bafoués pour les intérêts des uns ou des autres. L’intérêt collectif prime.

On ne peut pas développer une bonne médecine sans la recherche. L’association se bat pour mobiliser les malades, les chercheurs et les médecins aux niveaux national et international afin de combattre l’autisme à ses racines, découvrir les thérapies nécessaires aux traitements pour réduire les souffrances. Notre stratégie d’action et notre hargne a un seul et même objectif : éradiquer l’autisme. Cela passera par la mutualisation des compétences et des découvertes, la mise en pratique des évolutions et donc une qualité supérieure d’intervention et de prise en charge.

La campagne « Vaincre l’Autisme » est mise en place pour récolter des fonds et faire progresser la recherche, innover dans les traitements, tenter d’éradiquer cette maladie mais aussi diminuer la souffrance de ceux qui en sont atteints grâce à une meilleure prise en charge. »

M’Hammed SAJIDI

Président de « VAINCRE L’AUTISME »

Mouvement Léa pour Samy

www.vaincrelautisme.org

                                        anae@wanadoo.fr   -   http://www.anae-revue.com