Projet de recherche - Blanc - SVSE 4 - Neurosciences - Dysbrain - Le cerveau dyslexique

Publié le par ANAE

BLANC : Présentation synthétique du projet

     

Blanc - SVSE 4 - Neurosciences (Blanc SVSE 4 2011) : projet DYSBRAIN

           

Le cerveau dyslexique

 

La dyslexie développementale est un trouble spécifique des apprentissages qui touche environ 3 à 7% de la population, et qui est défini comme un trouble spécifique de l'apprentissage de la lecture, ne pouvant être expliqué exclusivement par une faible intelligence, une scolarisation inadaptée, ou des troubles sensoriels ou neurologiques avérés. Les recherches antérieures ont montré que les personnes dyslexiques ont des déficits cognitifs spécifiques, qui ont une base cérébrale et une composante génétique. Ce projet vise à améliorer significativement notre compréhension de la dyslexie aux niveaux cognitif, cérébral et génétique, et à essayer d’élucider les mécanismes par lesquels des gènes influencent le développement et l’architecture cérébrale, de telle manière à engendrer des déficits cognitifs qui perturbent l’apprentissage de la lecture.

Au niveau cognitif, nos investigations se concentreront sur les capacités d’attention et de mémoire à court-terme auditives, afin de comprendre comment des déficits à ce niveau pourraient expliquer les difficultés que la plupart des personnes dyslexiques rencontrent avec les sons de la parole (le déficit phonologique).

Au niveau cérébral, nous utiliserons la magnéto-encéphalographie pour étudier dans quelle mesure le cortex auditif des personnes dyslexiques répond différemment à des sons simples, et tenter d’en comprendre le lien avec les déficits identifiés au niveau cognitif. Nous utiliserons aussi l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour explorer les différences au niveau anatomique. En particulier, nous utiliserons l’IRM à haut champ magnétique et des méthodes sophistiquées d’acquisition et d’analyses des données pour visualiser le cerveau dyslexique en bien plus grands détails qu’il ne l’a jamais été. Cela nous permettra de tester l’hypothèse selon laquelle le cerveau des personnes dyslexiques comporte de microscopiques perturbations de la migration neuronale.

Au niveau génétique, nous utiliserons les outils les plus avancés de la génétique moléculaire pour explorer le génome des personnes dyslexiques et identifier des variants génétiques qui pourraient augmenter la susceptibilité à la dyslexie. Nous rechercherons à la fois des polymorphismes fréquents à l’aide de puces à ADN, et des mutations rares en séquençant des portions importantes du génome des participants. Enfin, nous analyserons les liens entre les variants génétiques identifiés, les différences neuro-anatomiques et fonctionnelles, replaçant ainsi le cerveau entre le gène et le comportement.

PARTENAIRES

CNRS CNRS Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique UMR8554
Institut Pasteur Intitut Pasteur Génétique humaine et fonctions cognitives
CEA-EA NEUROSPIN/CEA/I²BM

Aide de l'ANR : 637 422,00 euros
Début et durée : janvier 2012 - 36 mois

 

 

 

Programme ANR : Blanc - SVSE 4 - Neurosciences 2011

Référence projet : ANR-11-BSV4-0014

Coordinateur du projet :
Monsieur Franck Ramus (CNRS Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique UMR8554)

 

 

L'auteur de ce résumé est le coordinateur du projet, qui est responsable du contenu de ce résumé. L'ANR décline par conséquent toute responsabilité quant à son contenu.

 

 

 

ANAE – anae@wanadoo.fr www.anae-revue.com  -  www.anae-revue.org  -  ANAE formations  -  Les Editions du Petit ANAE

 

Publié dans Pour les chercheurs