Séminaire - Traitement de la voix chez le patient Sourd implanté cochléaire : bénéfices et préjudices des interactions visuo-auditives - P. Barone

Publié le par ANAE

logo_gipsa-anae.gifSéminaire

 

Le traitement de la voix chez le patient sourd implanté cochléaire : bénéfices et préjudices des interactions visuo-auditives. Intervenant : Pascal Barone

 

18 novembre 2010 – 13 h 30

 

Cerco (Toulouse) - salle DPC-Ampère B314

 

La compréhension de l’autre au travers de ses expressions du visage et de la voix est une

composante majeure de la cognition sociale car cela permet de traiter les émotions, les

motivations et intentions de nos semblables. Le traitement de la voix constitue un paramètre

important des interactions sociales car outre les informations du discours qu’elle véhicule,

nous pouvons en extraire des informations spécifiques sur l’identité physique du locuteur

(sexe, age, corpulence…) ainsi que le contenu émotionnel. Ceci a débouché sur le concept de

la voix en tant que "visage auditif". Ainsi, il est clair qu’une dysfonction des processus de

reconnaissance de la voix sera à la base de troubles sociaux-communicatifs comme cela a été

rapporté chez le patient sourd profond.

 

Chez les patients sourds post-linguaux, l’implantation d’une prothèse cochléaire permet de

récupérer une excellente intelligibilité de la parole. Cependant, du fait d’une information

auditive appauvrie délivrée au travers de la neuro-prothèse, les patients s’appuient sur les

informations visuelles de la lecture labiale pour parvenir à des performances optimales

d’intelligibilité de la parole. Ce rôle de la vision est il également dans le traitement des

attributs non langagier de la voix chez le patient implanté cochléaire ?

 

Une première série d’études psychophysique nous a permit de mettre en évidence un déficit

fort des patients implantés dans la discrimination de la voix humaine et des informations

associées (genre, émotions,…). De plus chez ces patients la perception auditive apparaît

significativement influencée par la vision que ce soit pour le jugement du genre ou des

émotions. En parallèle, une étude en imagerie cérébrale chez les patients implantés a révélé

une réorganisation inter-modalitaire des aires auditives spécifiquement sensibles à la voix

humaine. Cette colonisation par la vision des aires auditives pourrait participer au déficit dans

le traitement de la voix des patients sourds implantés cochléaires.

 

Organisé par : Lucile Rapin

Doctorante

Dept Parole et Cognition GIPSA-lab

961 rue de la Houille Blanche

BP 46

38402 GRENOBLE Cedex

Tel: OO33(0)476575061

Email: lucile.rapin@gipsa-lab.grenoble-inp.fr

 

Pour plus d'informations    www.gipsa-lab.inpg.fr

 ANAE  -  anae@wanadoo.fr  -  www.anae-revue.com  -  www.anae-revue.over-blog.com